Christine en 2006

Publié le par Sam

  Non, je ne parle ni de Bravo, ni d’Angot, ni de Villemin, ni de Reynier, ni d’Agatha.
Non, car je parle du film de 1983 de Carpenter tiré du livre de Stephen King.

  "Christine" ou comment une voiture se conduit paranormalement, tue, et se montre jalouse envers son propriétaire complètement possédé par le démon de cette Plymouth modèle 57.
  Non, je ne vais pas faire l’éloge du film en disant que je ne me lasse pas de le revoir, que j’adore les petites pointes d’humour, le look ringard du « héros », et le cliché des loubards des années 80 façon Guy Gilbert.


  Pleins de non, car je vais en fait parler de l’héritage de ce film en 2006, soit 23 ans après. Car oui, ça m’amuse.

1 : Le look de l’héroïne (la fille la plus belle du lycée qui a une tête de catho sur un corps de pute) et les putafranges
Bah ouais, à la voir, j’ai eu un choc. Elle ressemble dans une scène EXACTEMENT à une pétasse contemporaine. Frange, bermuda blanc, pull jacquard rose. Et après on se moque de ma veste à moumoute de Mai 68. Pffff.

2 : La voix de Christine et les Naast
  Christine communique avec sa radio, qui ne diffuse que des titres de rock n roll de l’année de sa construction, c’est-à-dire les 50’s (Buddy Holly et consorts). Et donc, ça rappelle encore un truc rétro-contemporain : les Naast et leur single "Mauvais garçon" (que je trouve pas si mauvais que ça au final, même si le phénomène des rockeurs prépubères en France est assez énervant). On peut aussi rajouter le fait que le héros ringard (cf plus haut) voit son look devenir celui des rockeurs à bananes cool des années 50, et perdre son pucelage. Comme les Naast. Pour le pucelage, je leur ai pas demandé, mais j'espère, être puceau c'est pas méga rock n roll.
Myspace des Naast.

3 : La BO, la voiture et son conducteur possédé, et Kavinsky.
  La musique de Carpenter lui-même, répétitive, assez minimale, sombre mais technologique, et Moogesque (du nom du synthé « Moog », fréquemment utilisé pour les BO de films d’horreurs des années 80, cf Tangerine Dream), et l’ambiance «course poursuite, belle voiture, angoisse, ado en blouson Teddy et conducteur possédé», ça fait irrémédiablement penser à Kavinky et son personnage, signé sur le label Versaillais RecordMakers (Klub des loosers, Arpanet, Sebastien Tellier, I Love UFO etc…).
  Christine mélangé au jeu vidéo Need For speed = Kavinky.
Myspace de Kavinsky.
Le clip :


  Et toi, le relou, pas besoin de me dire que le livre est mieux.
Et puis ouais, je sais, j’avais dit que « Mauvais garçon » c’était mauvais, mais je change d’avis selon la température et les méridiens. Pour Bloc Party aussi.

Publié dans allthatwewant

Commenter cet article

Fabe 11/12/2006 18:43

ouais moi aussi jaime bien "mauvais garcon"
ils ont au moins le courage de chanter en francais
par contre pour bloc party toujours pas