NBA FREAKS 1

Publié le par Sam

   Bienvenue. Pour ce premier sujet de 2007, j’ai envie de parler des gens atypiques (les freaks) de la ligue nationale de basket ball américaine (la NBA).

 TYRONE « MUGSY » BOGUES (1987-2001)

   Le plus petit basketteur ayant joué en NBA, 1 mètre 59 pour 62 kg, alors que c’est un sport de grand (cliché 1) et qu’il évolue dans la meilleure ligue du monde. Sa meilleure saison (1993/1994), il l’a même finie en double/double, c’est-à-dire avec une moyenne de 2 chiffres dans 2 catégories de statistiques : 10,8 points et 10, 1 passes décisives par match (+ 4,1 rebonds, ce qui est excellent pour un joueur de cette taille, et 1,7 interceptions par match, ce qui est bien, et assez top). Au début de sa carrière, au sein des Washington Bullets, il a même joué avec le freaks suivant :

 MANUTE BOL (1985-1995)

   Lui, c’est complètement l‘inverse de son ex-coéquipier. Culminant à 2 mètres 30, tout maigre, et avec un mini-short à l’ancienne, il est une autre curiosité des parquets. Il n’est pas le seul dans la catégorie des giant-NBA-freaks, puisque la NBA verra ensuite en ses rangs la présence du Roumain Georges Muresan (2mètres 30 aussi, découvert par Pau Orthez) et de l’Américain Shawn Bradley (2 mètres 27). Mais être le plus grand ne signifie pas être le meilleur (cliché 2). Aucun de ces joueurs n’est un joueur d’exception, surtout en attaque, leur rôle est principalement défensif. Le but : rester au maximum des 3 secondes réglementaires dans la raquette pour contrer le maximum de ballons. Mais concernant Manute Bol, c’est presque un conte de fée. Grâce à sa taille qui est un inconvénient dans ce pays pauvre qu’est le Soudan (bah oui, l’air chaud est plus léger que l’air froid, les peaux de moutons pour faire des gilets sont trop petites, ça coûte plus cher en écran total etc..), et même si Manute est le fils du chef de la tribu des Dinkas, il accède à une meilleure vie dont sa taille est la principale responsable (« il a jamais touché un ballon orange de sa vie, mais il a des grands bras tout maigre, on va en faire quelques chose !»).
Mais Manute bol, c’est quand même un gros loser, la preuve :

« Sa carrière déclinante, il décide alors de rentrer au pays. Mauvaise idée, car… pendant ce temps là, au Soudan, c’est la guerre civile : le gouvernement islamique multiplie les atrocités contre le Sud Soudan, majoritairement chrétien : près de 2 millions de personnes laisseront leur vie dans un conflit dont on n’a jamais parlé. Et Manute a dépensé sans compter pour soutenir les rebelles chrétiens : 3,5 millions de dollars environ !!! Quand il se décide à rentrer, persuadé de participer à des négociations pour un accord de paix, il est dupé par le gouvernement qui lui avait promis le poste de ministre des sports. En fait, on exige de lui qu’il se convertisse à l’islman. Devant son refus, on lui confisque ses papiers. Il est ruiné, sans papiers, et souffre d’une forme d’arthrite particulièrement douloureuse. Il cherche alors à revenir aux USA en passant par l’Egypte.

Malheureusement pour lui, le 11 septembre est passé par là et les autorités américaines sont pointilleuses. Ce n’est pas tellement son cas personnel qui pose problème (Manute est déjà connu aux USA), mais celui de sa demi-sœur de 10 ans, Acheed, qu’il a ramenée du Soudan. Bol n’a pas de papiers prouvant qu’il est son tuteur légal. A cause de cela, il ne peut obtenir de visas pour lui, sa femme Ajok et son fils de 2 ans. Après des démarches longues et difficiles auprès de l’ambassade américaine, il parvient cependant à rejoindre Washington en compagnie de toute sa famille. Il va continuer d’y aider son peuple... d’une manière surprenante. »

To be continued.
Ou pas.

Publié dans allthatwewant

Commenter cet article