La transgénèse pour les nuls

Publié le par Sam

  Si vous voulez briller lors d'un repas, il faut savoir parler de tous les sujets. Certes, mais il faut aussi avoir l’air un minimum crédible. Et il n'y a pas de meilleur sujet que les OGMs (Organisme génétiquement modifié) pour voir que tout le monde a un avis (souvent négatif) sans rien connaître du tout du tout ("Est-ce qu'il y a de l'ADN dans toutes les plantes? "Bah non, pff, pas dans les normales trouducu"). Donc, petit point sur le B.A.BA de la transgénèse. Le sujet est complexe, et je ne donne absolument pas mon avis sur le débat, je donne juste des nouvelles clés qui vous permettront de vous faire un avis plus précis, et peut-être de vous inciter à approfondir votre connaissance sur le sujet.
Et surtout, de vous la péter à table.


L'ADN, ça sert à quoi, faux scientifique?
« Bon, pas besoin de répéter que l'ADN (Acide désoxyribonucléique) est une macromolécule très longue (dépliée, elle atteint 2 mètre pour chaque cellule) constitué de 4 bases (A, T, C et G) dont l'agencement constitue le code génétique. Il est bon de préciser que tous les êtres vivants possèdent de l'ADN. L'ADN "décodable" est transcrit en ARNm qui  sera traduit en protéine. Ces protéines assurent beaucoup beaucoup de fonctions:
-Structure (l’architecture des cellules)
-Catalyse (dans la digestion par exemple)
-Communication (les hormones)
-Signalisation
-Reconnaissance (dans le système immunitaire par exemple)
-Transport (entre et à l’intérieur des cellules) »

Voilà, déjà avec ça, l’autre gros cake en face sait qu’il va pas partir dans un débat technique, il enchaine sur José Bové.


Le concept de gène et ses limites dans la transgénèse
Toi tu t’en fous, tu continue ton discours technique, José Bové, après.

« Le « gène » est un concept assez vague. Il est censé désigner une portion d’ADN qui donne une seule protéine, pour une seule fonction, donc un seul caractère. C’est le cas d’école, la chose la plus simple, et c’est ce qu’on appelle un caractère monogénique.
Mais la grosse limite de ce concept, c’est que les caractères monogéniques ne sont pas fréquents, et surtout pas pour des caractères complexes qui intéressent les agriculteurs. La plupart du temps, il existe plusieurs gènes qui codent pour plusieurs protéines qui interviennent à différents niveaux dans le résultat visible.
Et c’est là la grosse limite des OGMs et je veux faire remarquer que les gens exagèrent l'importance des OGMs. On ne va pas arriver à faire des choses extraordinaires avec les plantes génétiquement modifié (en tout cas pas encore), car la technique est complexe, et implanter plusieurs gènes dans une même plante est un travail long, difficile et couteux (et je ne vous parle même pas de la transgénèse animale).
Donc oui, le débat est légitime lorsque l’on parle du Maïs Bt par exemple, la PGM la plus répandue (Plante génétiquement modifiée). Mais si l’on sait de quoi on parle. Dans le cas du Maîs Bt, on a intégré dans le génome de ce mais le gène d’intérêt Bt provenant d’une bactérie et permettant de résister à la pyrale. par contre,  le débat est tout pourri si on commence à parler de "cochons avec des bras". »

  Alors là, on peut lancer le débat la dessus, chacun a son avis, tout en sachant qu’avant on utilisait aussi la Bt en pulvérisant la bactérie elle-même, que le problême là c’est qu’on met un génome de bactérie chez une plante, mais on peut rétorquer que l’ADN humain est lui même constitué de génome pas humain puisqu’on a intégré dans notre génome au fil des siècles des rétrovirus qui interviennent dans des choses positives mais aussi négatives comme les cancers, etc etc.
  Moi j’ai pas la place de tout détailler dans un article là, mon but c’est juste de te permettre de te la péter un peu plus. Alors tu continue ton discours technique, et tu lui demande si au moins il sait comment on obtient les plantes génétiquements modifiées? Il répond non, alors t’enchaines, et tu captives l’audience, tout le monde te regarde avec des yeux de braise, t’es le roi de la soirée.

La transgénèse en bref.
« Mais au fond les gens, comment on obtient une PGM ?
Après avoir identifié le gène qui nous intéresse (ce qui est plus facile à dire qu’à faire), pour que le transfert soit efficace, il faut arriver à intégrer le gène dans toutes les cellules de l’organisme. Comme le faire en même temps dans des millions de cellules est impossible, il faut revenir à la base. C’est pourquoi l’intégration doit se faire dés la première cellule. Chez les plantes, le processus est simplifié grâce à ce qu’on appelle « la totipotence » des cellules végétales. Les cellules végétales, prélevées sur un organe quelconque d'une plante, possèdent la capacité de régénérer un individu complet identique à la plante mère. Elle repose sur l'aptitude à la dédifférenciation : les cellules peuvent redevenir des cellules simples, non spécialisées et se différencier ensuite pour donner à nouveau les différents types de cellules spécialisées.
On utilise donc cette propriété pour obtenir des plantes modifiées. On va d’abord insérer le gène dans le génome, en le collant à un autre gène repérable (par exemple une résistance à un antibiotique) pour différencier les cellules qui ont intégrées le gène dans une zone d’ADN où elle s’exprimera, de celles qui ont échouées. Ensuite, à partir de cette cellule et d’hormone, on obtiendra une plante complète. Le hic, car il y a toujours un hic, c’est qu’il existe des plantes avec lesquelles on arrive pas à régénérer une plante complète en laboratoire. »

  Et c’est là où tu peux enchainer avec José Bové, en te moquant de sa grosse moustache et de sa pipe (si tu peux, mime le, debout sur ta chaise). Tout le monde rit, t’es le roi de la soirée.
Bravo.

Publié dans allthatwewant

Commenter cet article

Sam 30/01/2007 14:21

T'inquiète négro.Sinon, j'y pense pour juillet, j'ai bien reçu l'invitation.Je te contacte par mail bientôt.

Betterave Master 30/01/2007 12:10

Samuel, je t'aime. Tu me manques. Tu viens quand me voir?
Et parles-moi quand même de skate et de rappeurs, c'est pour combler mes grosses lacunes à ce sujet...

Chacha 29/01/2007 16:36

OK, t'es le roi de la journée!
J'attend la réponse de Betterave Master quand même!

Sam 29/01/2007 16:28

Non mais ce qu'il dit c'est pas certain.Et je le connais cet ami.Déjà, les virus ça porte à confusion, mais ce ne sont pas des êtres vivants. Les virus n'entre pas dans la défintion de la vie. Après ça dépend des écoles. Alors oui, les virus à ARN ça existe, mais pour moi les virus ne sont pas des êtres vivants.Ensuite, si on prend la définition de gène initiale (c'est pourquoi je parle de limite du concept de gène), alors oui c'est censé codé pour une protéine. mais après, je sais très bien que les ARN peuvent avoir des fonctions propres (enzymatique par exemple), voire même la séquence d'ADN directement, mais là je pouvais et ne voulais pas faire un truc poussé. C'est juste chiant et pas généraliste.Et puis j'ai répondu en gros. Pour un novice, il s'en fout qu'on parle d'Agrobacterium tumefaciens ou de canon à ADN.Alors, du coup, je lance le débat.TU VOIS CHACHA, JE PEUX ME LA PETER AUSSI

Chacha 29/01/2007 14:03

Comment tu t'es fait rembaré Sam! Tu as trouvé plus fort que toi! Ton orgueil a dû en prendre un coup!